Couleurs de Vie

Rire pour cacher ses souffrances, rire encore plus fort pour étouffer ses larmes

Menu

Blog

L’inconnu du carrefour

L’image qui me revient sans cesse à l’esprit est celle de la vieillesse et de la grosseur de ses babouches. Je venais à peine de poser mes pieds dans ce carrefour dont l’appellation faisait référence à un ancien combattant, un haut gradé de l’armée, que je l’aperçus. Ce carrefour ressemblait  à priori à une sorte de repère historique, qui dans une moindre mesure devait permettre aux habitants de s’identifier ou du moins de partager un passé commun.

Je posai avec délicatesse mon regard sur lui pour satisfaire ma curiosité.  Enfin, je pouvais assouvir la soif de le rencontrer, de connaitre l’homme qui depuis plus d’un mois habitait mes pensées, de mettre un visage sur ce nom dont la résonance  me rappelait inéluctablement celui d’un célèbre musicien de la Pop que ma mère ne se lassait d’écouter. Mais très rapidement, je me suis faite rattrapée par l’insoutenable réalité, car après avoir passé au scanner son physique tout entier, indubitablement je peinais à croire que c’était lui. Sur les hauteurs de mes talons, je l’observais sans y prêter beaucoup d’attention.  Les seules choses qui avaient accrochées mon regard c’étaient ce vieux T-shirt dont il arborait et ce short qui l’accompagnait. Alors, vexée par la situation, je me posai intérieurement la question de savoir si c’était tout ce qu’il avait trouvé à se mettre le jour de notre première rencontre. Une rencontre que j’avais passée en boucle dans ma tête en élaborant divers scénarios. J’avais tout imaginé à l’avance et cette scène n’en faisait pas partie.

Après les présentations d’usages, nous entreprîmes  le chemin de sa maison, c’est avec un sourire au coin que je me remémorais la préparation de mon scénario et même la façon dont chaque geste devait être coordonné et exécuté. Je me rappelle  avoir commencé par un shopping à l’avance, c’est-à-dire bien avant qu’il ne décide de me rencontrer, plus précisément bien avant qu’il ne décide de communiquer avec moi par Facebook. Oui c’est vrai qu’à bien y réfléchir cela pourrait paraître bizarre je l’avoue. Pour ma défense, ça faisait plusieurs années déjà, trois ans plus précisément que je ne m’étais pas retrouvée en tête à tête avec homme. En effet, à la suite d’une relation qui m’avait totalement brisée, j’avais décidé sans appel de mettre un full stop à ces relations amoureuses que je trouvais trop compliquées à mon goût. Mais sous les encouragements d’une amie qui avait décidé de jouer les entremetteuses, j’ai pris la résolution de me jeter à l‘eau, d’y boire si au besoin.

Je dois avouer qu’il y a des inventions sensationnelles, qui réunissent aujourd’hui en leur sein à la fois le « yin » et le « yang ». Autrement dit, le bon et le mauvais parce que capable de diviser les communautés,  elles sont également dotées d’un grand pouvoir de rapprochement des personnes qui de par leur nature ne pouvaient incontestablement pas se rencontrer. Parmi elles, il y a Facebook, je bénie le génie qui avait conçu cet outil grâce auquel à partir d’une simple requête on peut facilement entrer en contact avec quelqu’un, se faire des amitiés, qui dans la vie réelle n’auraient surement pas pu être possible. C’est vrai qu’il existe d’autres réseaux sociaux qui offrent les mêmes services. Toutefois, l’originalité de  Facebook repose sur sa touche « poke » à partir de laquelle il est possible d’entrer en contact avec quelqu’un de façon subtile. Bien qu’aujourd’hui, je sache à quoi réfère l’usage du « poke », j’avouerai que l’utilisation de ce «  poke » avec été dans ma situation, l’œuvre d’un fâcheux incident car c’était accidentellement que j’avais cliqué dessus. Et donc, quelques jours à la suite de cet incident malencontreux, je reçus une notification de Facebook me signalant que j’avais un nouvel ami à ma liste.

Et dès lors que cette opportunité s’est produite, je n’ai pas perdu le temps à jouer à la femme africaine vertueuse, dont l’un des principes de vertu  est de se laisser approcher et par la suite de se faire courtiser. Je me suis très rapidement jetée à l’eau et j’ai commencé « l’attaque ». Il ne s’agissait plus d’attendre dans cette arène animalière que l’Antilope se fasse attaquer et dévorer par le Lion, au contraire il était question cette fois qu’elle prenne les choses en main et fonce à tutte vers sa cible, une fois qu’elle avait été verrouillée il lui était impossible d’envisager une éventuelle marche arrière. En plus l’objectif était clairement défini, déclencher une réaction et entamer discussion. Nous entamâmes quelques jours plus tard des échanges, et de fil en aiguille je commençais à m’attacher, l’ombre d’une relation se pointait à l’horizon, de même que l’éventualité d’une rencontre physique.  Pour répondre efficacement aux attentes de mon bel inconnu, je décidai de parachever le travail que j’avais amorcé quelque mois plutôt, je m’étais livrée une fois encore aux achats d’articles dans les boutiques, en recherchant les vêtements, les chaussures et le sac à main assorti, à cela j’avais associé l’achat d’un bijou de valeur pour rehausser mon éclat et ma finesse. Pour parachever ma préparation j’y avais associée des prospections sur internet principalement à partir du moteur de recherche Google  sur « comment bien réussir son premier rendez-vous avec un inconnu », alors j’ai tout lu, 10 conseils pour bien réussir son rendez-vous amoureux, 09 conseils pour bien réussir son rendez-vous. Bref, d’un conseil à douze autres conseils, je m’étais plongée pelle mêle à la recherche des conseils adaptés pouvant me permettre de séduire sans le moindre effort mon inconnu.

Et donc quand je le regardais marcher à mes côtés, j’avais la sensation d’avoir reçu une gifle en plein visage,  le film de mes différentes gymnastiques que j’avais eu à réaliser pour la réussite parfaite de ce rendez-vous repassait en boucle dans ma tête. Il n’était même pas foutu de m’accueillir convenablement bien vêtu. C’est donc avec dédain que je le regardais du coin de l’œil, il ne ressemblait pas du tout au garçon charmant et élégant dont diffusait son profil Facebook et les diverses photographies qu’il avait publiées sur ce réseau social. Ayant pris l’engagement d’aller jusqu’au bout de mon aventure, j’avais décidé courageusement de ne pas fuir. Une fois arrivée à son domicile, il me proposa de m’asseoir. Mon regard se posa sur sa tignasse telle une crinière de lion. La légèreté avec laquelle il s’était présenté à moi renforçait mon assurance et mon envie de cesser tout contact. Et je me disais davantage qu’il ne me méritait pas, je voulais juste remplir ma part de contrat. « J’étais trop bien et trop belle pour lui » que je me dis-je.

Mais toute cette assurance a été battue en brèche lorsque nos regards se sont croisés et qu’il a commencé à sourire. Je n’avais jamais vu un si beau sourire de toute ma vie, il pouvait faire fondre les cœurs les plus incorruptibles et te faire changer d’avis en un laps de temps. Et son regard alors, comme ce revolver à l’image de Marc Lavoine, m’a touché du premier coup et sans glissée, je suis tombée. Plus notre conversation progressait, plus je perdais complètement mes mots et mes moyens, il était absolument irrésistible. Son regard traduisait une douceur totale qui me désarmait au fur et à mesure. Je convoquais intérieurement tous les conseils sur comment bien conduire son premier rendez-vous avec un inconnu, les 10 conseils à mettre place. Rien à faire j’étais à nu, totalement désarmée et complètement à sa merci.

17 commentaires

  1. Whaouhh l’ histoire est remplie de voyage. Un peu comme une sorte de retour sur soi même. Elle traduit les faits dans le réel. Des aventures comme celle dont parle l’auteur, les filles en vivent chaque jour. Le style est assez simple et l’utilisation du passé simple le rend plus éloquent en mon sens; bien que ce temps verbal ne soit pas le propre de tous.
    Une suite relatant une leçon où alors un message que l’on retienne de ces rencontres sur le net donnera à mon sens, un sens plus aiguë au récit.

    1. Whaouhh l’ histoire est remplie de voyage. Un peu comme une sorte de retour sur soi même. Elle traduit les faits dans le réel. Des aventures comme celle dont parle l’auteur, les filles en vivent chaque jour. Le style est assez simple et l’utilisation du passé simple le rend plus éloquent en mon sens; bien que ce temps verbal ne soit pas le propre de tous.
      Une suite relatant une leçon où alors un message que l’on retienne de ces rencontres sur le net donnera à mon sens, un sens plus aiguë au récit.

  2. la fin s’il te plait !! c est une vraie balade tant dans le style litteraire que dans l’histoire . j attend avec hate tes prochaines publication. suurtout la fin de cette histoire…

  3. Le mélange de Littérature et voyage laisse percevoir la particularité et la fluidité de ta plume grande soeur!
    Beaucoup de courage à toi. J’attends la suite!/

  4. Je suis bouche B. J’avoue qu’au départ je n’avais aucune envie de lire cette histoire mais sérieux que Carole Fopa je me suis trompé. La suite S’il te plaît

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *