Couleurs de Vie

Rire pour cacher ses souffrances, rire encore plus fort pour étouffer ses larmes

Menu

Blog

2020 Sans ENEO, oui c’est possible

Rédiger ce  billet a été l’une des décisions les plus complexes que j’ai eu à prendre ces derniers jours. Ceci à cause non seulement des mises en garde de mon entourage mais également à cause du fait qu’il navigue à contre-courant de ce que j’ai l’habitude de produire. Cependant, je l’ai décidé et les tentatives lamentablement usées pour m’en dissuader ont été toutes vaines. Bien au contraire, elles ont servi à raviver ma flamme et mon désir de le produire.  Il n’est point question ici de tirer une fois de plus sur ENEO, je laisse le soin aux internautes qui savent mieux le faire. Au contraire, ici c’est un lieu de questionnement sur nous, sur notre incapacité à réagir, à exiger mieux pour nous et pour toutes celles qui viendront après.

Tu ne veux pas voir tes enfants grandir?

Ça c’est la phrase que l’on m’a immédiatement servi à l’annonce de la rédaction de ce billet.  Je l’avais intitulé au départ « Et si on chassait ENEO »  et j’’avoue que sur le moment j’ai d’abord éclaté de rire. Ensuite je me suis penchée sur elle, en la scrutant avec un regard analytique. Et une chose à jaillir en moi, tel un éclair dans un esprit tourmenté, tout est soudain devenu plus clair. A quel moment exiger le respect d’un droit fondamental, est devenu quelque chose d’aussi terrifiant ? On me parle de mes enfants, et j’entrevois l’avenir, mais de quel avenir s’agit-il ? Celui à l’image de l’électricité que l’on reçoit quotidiennement?  Un avenir obscur sans possibilité d’espérer ou de prétendre recevoir mieux ?

Recevoir un  meilleur service est un droit fondamental 

Nous sommes tellement terrifiés par la peur des représailles que nous nous laissons paralyser et asphyxier par elle.  Et tout ce qui nous reste c’est notre lâcheté. Oui, nous sommes de lâches personnes incapables de réclamer ce qui nous revient de droit. Chaque mois, nous déboursons d’énormes sommes d’argent pour un service qui n’est pas à la hauteur de nos dépenses.  Et pour combler ces frustrations nous nous lamentons silencieusement dans nos chaumières en insultant lâchement ENEO sur les réseaux sociaux. Nous sommes des nourrissons énergétiques et ENEO en a pleinement conscience.   Il nous prive de sa « liqueur » autant qu’il veut, la raison est simple « vous allez faire quoi? ». 

Tandis que, l’Allemagne et les Etats Unis célèbrent plus de trente années d’électricité sans coupure, nous nous célébrons ces bribes instants au cours desquels ENEO veut bien nous alimenter de sa « source d’eau vive ».  Les cris de joie à chaque branchement après un délestage illustre parfaitement cette situation: c’est totalement hallucinant. Pendant ce temps, les pays comme le Rwanda et le Kenya volent vers leur indépendance énergétique. Au Cameroun, c’est ENEO qui détient nos agendas. Cette structure fait la pluie et le beau temps dans chacune de nos vie.

La note d’information produite par ENEO concernant ses services en 2019 démontre qu’il y’a eu une bonne amélioration de leurs services avec une forte incidence sur la réduction des coupures d’électricité. Un rapport qui est en total opposition avec notre réalité. Pas un jour ne passe, sans coupure d’électricité. Et cette situation est encore plus macabre dans les zones rurales. C’est paradoxal de parler d’amélioration alors que les plaintes vont grandissantes. Une situation qui s’explique par l’inertie des populations  et le laxisme de nos dirigeants.

La vraie force c’est nous

Nous avons tendance à oublier  que nous sommes le changement et que la vrai force c’est nous.  La résilience n’est pas un atout, elle nous empoisonne et nous tue à petit feu. Pour cette année 2020 qui s’annonce, il est possible de dire STOP aux abus et aux interruptions constantes d’électricité, qui paralysent notre économie. Vivre sans coupure d’électricité oui c’est possible. Mais pour cela, le peuple doit faire entendre sa voix afin que des solutions adaptés et durables puissent véritablement se mettre en place.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *